Conseils conso

3 (premières) astuces pour bien faire ses courses en grande surface

La grande surface, c’est le passage obligé pour de nombreux français afin de faire le plein de courses hebdomadaire. 70% des achats alimentaires y sont ainsi réalisés chaque année.

Face à la multitude de choix sur place, il peut paraître difficile de s’y retrouver et cela peut également devenir très chronophage.

Après étude du fonctionnement des grandes surfaces, voici donc notre trois premières astuces pour bien faire ses courses.

C’est parti !

1) Marque ou pas marque… Bonne question !

On peut découper les familles de produits en quatre groupes : « Les petits prix », « La marque du magasin », « Les marques nationales », et « Les marques Premium »

Je connais bien le monde de la grande distribution, de l’industrie agroalimentaire et des produits de grande consommation (aussi appelés PGC).

Fort de ça, voici mon avis sur les catégories et ce que je fais au quotidien :

  • Petits prix : Coût de production (donc qualité) tiré vers le bas. Pas de très bonnes surprises, mais certains produits pas (ou très peu) transformés qui tiennent la route. Sans plus.
  • Marque du magasin : Le bon choix pour les produits de base non transformés (viande, riz, lentilles, café, olives…) ou légèrement transformés (Conserves de légumes simples, compotes, chips, produits laitiers, jus de fruits). La plupart de mes achats en magasin.
  • Grandes marques : Bien pour les produits entre-deux type légumes cuisinés et certains plats préparés. Toutes les marques ne se valent pas, et toutes ne valent pas le coup. A trier.  
  • Premium : Pour certains produits ultra transformés, les occasions spéciales et les produits qui durent longtemps (comme l’huile, le vinaigre, certaines épices…). Autrement, c’est un peu cher pour ce que c’est. Sauf pour les pâtes où l’on trouve de la très bonne qualité à prix raisonnable.

N’hésitez surtout pas à tester les différentes gammes et à faire le tri si cela ne vous convient pas.

Les grandes marques coûtent parfois plus cher simplement parce qu’elle racontent une belle histoire autour de leurs produits. Les joies du marketing…

2) Faire son menu (et sa liste de courses) à l’avance

Ne pas être tenté, ne plus acheter trop (ou trop peu), ne plus jeter, ou y retourner plusieurs fois dans la semaine… La liste des bénéfices est longue !

Pas la peine de vous en dévoiler plus ici, puisque vous pouvez retrouver nos deux articles vantant les mérites de ces deux outils d’organisation 🙂

Vers mes articles sur la liste de courses / Le menu

3) Déjouez les pièges

Le supermarché a deux objectifs : fidéliser le client et augmenter son panier moyen (la somme dépensée lors de chaque visite).

Naturellement, à force d’étudier les habitudes de consommation et le comportement des clients. Un modèle bien rodé à été mis en place.

A vous de devenir l’écureuil le plus malin de la ville. Et de comprendre les pièges semés sur votre route pour mieux les déjouer

Voici quelques exemples :

  • Les produits les plus rentables sont les plus visibles, et les plus faciles à attraper (ça, c’est connu).
  • Les pièges pour les enfants (présentoirs accrochés stratégiquement).
  • La musique, suffisamment douce et à bas volume pour vous relaxer et vous rendre moins attentif à ce que vous êtes venus acheter.
  • Un peu moins connu : les diffuseurs d’odeurs pour générer une pulsion d’achat. Surtout valable pour les fraises, les melons et le pain. Si vous sentez une de ces odeurs de manière trop nette, il y a fort à parier qu’un diffuseur de parfum a été placé là exprès pour vous tenter.
Pour finir, notre conseil le plus simple et le plus efficace : Faire le parcours à l’envers.

Le parcours, c’est le chemin « naturel » que le supermarché à mis en place pour augmenter le taux de remplissage des chariots.

Il est suivi instinctivement par effet de réplication. Une allée centrale (celle des promos), chips et boissons, entretien, épicerie sucrée, puis salée, puis eaux… pour enfin arriver à l’essentiel : les fruits, légumes et produits frais (Mais avec un caddie déjà bien rempli).

La prochaine fois, armez-vous de votre liste. Et au lieu de passer par l’allée centrale comme tout le monde… longez directement les caisses dès votre entrée (tel un Écureuil rebelle que vous êtes !), vers la zone des fruits et légumes, puis la partie des produits frais à stocker dans un sac adapté. Enfin les quelques produits d’épicerie et d’entretien qui sont sur votre liste. En 20 minutes, l’affaire est bouclée, et le ticket de caisse donne le sourire.

Sachez qu’une grande surface peut faire jusqu’à 25.000 m². Avec ces quelques techniques, en faire trois fois le tour tous les samedis et s’énerver ne sera plus qu’un lointain (et mauvais) souvenir !

Crédit : LLD

Exprime-toi !

%d blogueurs aiment cette page :